Louis large, musicien et entrepreneur de bal.

4 avril 2021

Archives écrites

Nous avons peu de renseignements sur les orchestres de bal et le rapport entre musiciens solistes meneurs de noces et de conscrits et les musiciens de petits orchestres ruraux. Voici un petit jeu de piste qui mena à une belle photo de noce présentant un de ces orchestres de bal. Nous sommes là au tout début du XX° siècle avec quelques indications sur la fin du XIX.

 Numrisation_20210404-3-ConvertImage

 Après avoir trouvé cette photos, à Beaubery (71), celle d’un mariage double mariage mené par un cornemuseux je vais voir Mme Cécile Large. Elle identifie le cornemuseux : il s’agit de Jean-Claude large qui habitait à Beaubery à la Pierre au Couture. Il avait une entreprise de bal avec son frère jean-Louis. Elle pense que celui-ci jouait de la vielle. (Dans le livre de Jean François Chassaing « Joueurs de vielle en France 1857/1927 » qui reprend les cahiers de comptes des luthiers de Jenzat on voit : « Large Jean-Louis, Beaubery (Saône et Loire). Musicien. Le 1er août 1868 achat « vielle charollaise, plaque en nacre » 67 F chez Pajot Fils. Le 8 janv 1869 achat v 67Fn° 170 ; « Gilbert ». )

Elle pense que les mariés sont ses grands-mères Paperin qui ont épousé deux frères Large, mariages à Verosvres.

Elle me donne un nom patois de la cornemuse « Jambe d’ouille » (« jambe de mouton », à rapprocher du nom patois de la cornemuse en Morvan « panse d’ouille ».

171-ConvertImage

 Elle me donne la photo de mariage de ses parents (Louis Large et ?), datée de 1903 et faîte pas son cousin de La Clayette, Eugène Laroche, photographe amateur.

Les musiciens sont ceux de l’orchestre de bal de son père, plus son oncle cornemuseux.

Sur cette photo on retrouve Jean-Claude Large à la cornemuse, un vielleux, elle pense que ce serait M. Dumont de Gibles, mais elle a des doutes car elle ne sait pas si ce n’est pas plutôt le jouer de piston), deux clarinettistes non identifiés, deux joueurs de « piston »(sic), peut-être Dumont et Louis (?) Large.

Louis Large a fait son service militaire dans la musique au 134e à Mâcon.

il avait également eut une vielle, un don d’un cousin de Mâcon qui faisait parti « des chanteurs des rues », mais comme il ne savait pas en jouer il l’a revendue à un M. Guillemin de St Bonnet de Joux.

Auprès de Mme Lévite (petite fille de Jean-Claude Large), elle me dit qu’il avait une entreprise de bal avec son frère Jean-Louis Large. Mêmes informations chez Mme Chatelet sa sœur.

Retour chez Mme Cécile Large : elle m’explique que pour la noce de ses parents, le lendemain ils étaient montés à Suin en musique.

Elle me montre des photos des cousins de Mâcon : une femme à la mandoline, un homme à la guitare et au premier plan un accordéon 3 rangs/12 basses. Elle me montre une carte postale des musiciens des rues de Mâcon : violons, guitare, mandolines, chanteurs.

684p-ConvertImage

 Louis Large menant des conscrits à Beaubery

 

NB : dans un autre contexte, lors d’une rencontre avec Mr René Horiot, collecteur au sein de GSAC dans les années 1950/60, il nous citait un musicien qui lui avait dit, je cite de mémoire : « pour moi le meilleur orchestre de bal c’est une clarinette, une vielle, et une grosse caisse ! »

À propos de musiqueschantstradcharobrio

Voir tous les articles de musiqueschantstradcharobrio

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Feiprosamwa |
Compragemerk |
Pellearunap |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Commamuseum11
| MBradio
| Bronzebike7